Potion magique pour le jardin

Voici une « potion » que j’ai faite pour mon jardin, en mai et je dois dire qu’elle a eu l’air efficace.

Je n’avais pas beaucoup de compost à mettre sur mes buttes, et la terre avait faim, cela se sentait.

Ce que j’aime bien faire ce sont des apports liquides, à base de macérations. La composition est trouvée à l’intuition.

Pour celle-là, il y avait une bonne base de consoude, d’orties, j’ai rajouté aussi une fermentation à partir du sang de mes règles (non, non, ce n’est pas de la sorcellerie) avec un peu de farine. Cela avait fermenté au moins deux mois. Je ne savais pas à quoi m’attendre en ouvrant le bocal, mais en fait l’odeur était agréable. Le fait d’utiliser ce sang permet de ramener une information personnelle très intime. Pour récupérer facilement le sang menstruel : 

lire de l’information sur les menstruations ici

la mixture en macération.

la mixture en macération.

J’ai aussi mis un sac de 25 kg de beau compost de fumier de vache.

Pour rajouter des microorganismes, et aider à relancer la vie microbienne bien chamboulée par la réalisation des buttes, j’ai aussi fait un levain à base de farine de blé et j’ai laissé du lait cru fermenter.

Et j’ai rajouté de l’urine à chaque fois que je venais faire pipi au jardin.

 

Tout cela dans un bidon de 200 litres, avec de l’eau, touillé tous les jours, placé au centre d’un vortex qui a eu la bonne idée de se positionner au milieu du jardin.

 

Le bidon au centre du vortex

Le bidon au centre du vortex

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai laissé macérer pendant quelques jours puis j’ai rajouté le levain, encore deux jours de fermentation.

Le levain qui fermente de son côté

Le levain qui fermente de son côté

Je rajoute le levain

Je rajoute le levain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela ne doit pas tourner au purin, ça fermente mais ça sent bon. Une odeur forte mais agréable, musquée je dirais.

J’enlève les tiges qui se décomposeront sur une butte, puis je dynamise : avec un baton je touille fortement toujours dans le même sens jusqu’à créer un beau vortex, pendant au moins 5 minutes. Etre juste en présence et demander aux énergies du lieu qui gèrent le jardin de venir y mettre les informations utiles, pour l’équilibre optimal du jardin, ce sont elles les mieux à même de savoir ce qui est le mieux.

dynamisation et information

dynamisation et information

la mixture est prête

la mixture est prête

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite je dilue dans les arrosoirs à raison à peu près d’un quart à un tiers, et j’arrose.

 

Dilution dans l'arrosoir

Dilution dans l’arrosoir

Et arrosage, la terre en frétille de plaisir.....

Et arrosage, la terre en frétille de plaisir…..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour élaborer la recette, on peut laisser venir la liste des  ingrédients en claire information (intuition)  et valider avec l’énergie responsable du jardin. On peut aussi s’inspirer de la flore spontanée qui pousse sur le lieu. Une plante fortement présente répond à une carence.

En tous cas, vu la vigueur de ce qui pousse, cela a fonctionné et je vais recommencer. Je préfère faire plusieurs apports de cette manière qu’un seul gros.

Alors à vous d’essayer, la recette qui sera bonne pour votre jardin et la démarche à suivre….

4 réflexions au sujet de « Potion magique pour le jardin »

  1. le jardin biodynamique salue cette belle initiative 🙂 je fait le jardin avec le calendrier biodynamique ;les purins, l’association de plantes (les unes favorisant les autres) Le Bois Raméal Fragmenté feuillus et aussi résineux 100 % pour les fraises,tout cela sans arrosage autre que la pluie depuis 2010.. Cette année les butes permacultées sont à l’honneur avec aussi l’électroculture ,la grande consoude;la mélasse de canne… le tourteau de ricin vient en complément car les campagnols abondent et il est nécessaire de limiter leur présence du faite des cultures conventionnelles qui entourent le jardin et en font un refuge pour toute la faune et flore qui y trouvent tout ce qu’il faut. je me sert aussi de l’urine comme fertilisant et répulsif… Les arbres plantés et spontanés font partis du décor… la pratique de la dynamisation se fait grâce aux ressentis et en co-création avec les esprits de la nature (bien que je ne sache pas vraiment pratiquer les techniques de reconnaissance) Ancien récolteur de graines d’arbre pendant 17 années j’ai toujours suivit mes intuitions n’apprenant que tardivement que les fées vivent dans les arbres. J’ai donc décidé de ne pas désapprendre mes intuitions pour ces pratiques de reconnaissance car je ressens toutes sortes d’énergies et cela ne se limite pas qu’au jardin… le jardin accueille et partage ces plantes complices : bourraches (bleu et blanche) tanaisie, grande consoude de russie,consoude officinale,sauge sclarée,phacélie,frênes,tournesol de tunisie (espèce croisée de variétés nord africaine très fructifère) cerisier de sainte lucie ou mahaleb ,menthe marocaine,pyrèthre etc…. je souhaite tout de même apprendre à reconnaître les vortex et autre cheminée cosmo-tellurique et suis très heureux de voir ce magnifique partage que tu nous livres… en te souhaitant bon vent dans tes pratiques et partages <3 bien à toi <3 amour & sagesse

  2. merci Gwen et Fred pour vos partages d’expériences, j’aime beaucoup vos démarches ! cette année suite à mon déménagement, je n’ai pas de jardin, mais les 2 années écoulées, j’en ai fait un très grand qui nourrissait une famille de 5 personnes toute l’année, en me fiant d’une part à ce que j’avais déjà expérimenté avec la biodynamie, et d’autre part à mes ressentis, en me laissant guider pour les plantations, semis et soins à apporter. Gwen c’est extraordinaire de pouvoir utiliser le sang des lunes pour l’offrir au jardin, à tout ce qui vit et se développe dans ce lieu ! Quand j’ai eu connaissance de cette pratique, c’était déjà trop tard pour moi ! J’ai eu de très beaux résultats avec une macération de bouracche, orties, prêle, un peu de tanaisie, consoude et de l’urine, en plusieurs apports aussi, et en recouvrant systématiquement la terre avec les herbes que j’arrachais au fur et à mesure, ça m’a fait un magnifique compost de surface. bonne continuation à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.